Sélectionner une page

En préambule

En attendant de rencontrer Jean-Daniel Faessler de Djebots sur le site de BlueFACTORY à Fribourg, je décide d’arriver en avance pour visiter ce lieu.

Il y a moins d’une dizaine d’années, c’était la brasserie Cardinal, une institution de renom. Aujourd’hui je reviens sur un site totalement repensé, un peu nostalgique d’avoir perdu un emblème fribourgeois, mais émerveillée de la transformation que l’innovation peut réaliser, tout en préservant le caractère authentique qui fait l’âme du lieu.

Sous le nom de BlueFACTORY, Cardinal s’est mué en un quartier alliant entrepreneuriat & technologies, culture de soi & vie sociétale, le tout dans esprit d’éco-consommation et de durabilité.

Un bel exemple d’innovation de rupture, encore un terme remis au goût du jour pour décrire un concept ancestral, mais qui fait fureur dans le monde professionnel, à sortir en séance de cadres, au coin café, sur les blogs car cela améliore votre visibilité sur Internet, si j’ai bien compris l’atelier du Meetup WordPress animé par Pascal Hämmerli sur le référencement naturel opéré par Google (je recommande au passage son blog à ce sujet sur ethos-digital).

A noter que le terme « innovation de rupture » est à usage professionnel exclusivement, à ne pas balancer au repas familial ou à l’apéro avec des amis, car il ne vous restera au final plus que la partie « rupture » de l’expression.

 

Qu’est-ce que l’innovation ?

Une innovation est la mise en œuvre d’un produit (bien ou service) ou d’un procédé (de production) nouveau ou sensiblement amélioré, d’une nouvelle méthode de commercialisation ou d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques d’une entreprise, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures.

OCDE - Définition du manuel d'Oslo

Si l’on se penche sur l’étymologie latine du mot, innovare signifie « revenir à, renouveler ». On y retrouve novus, c’est-à-dire « nouveau » ainsi que le préfixe in- indiquant un mouvement vers l’intérieur.

Selon moi, l’innovation c’est créer quelque chose de nouveau, souvent de manière inspirée, en conservant le caractère authentique de l’existant. On revient à soi (in-) en respectant l’âme (authenticité), mais on se réinvente (novus) et on repousse les limites pour évoluer. Et c’est applicable pour tout ce qui vit, pas seulement un produit.

Un mot, plusieurs définitions, aucune n’étant meilleure que l’autre, car je ne pense pas que la notoriété induise la vérité. L’important étant d’arriver à se créer une définition qui vous appartienne et à laquelle vous y accrochez vos valeurs. En quelque sorte, développer une autonomie dans la réflexion en prenant en compte les idées des autres. Ne serait-ce pas une autre définition possible de l’intelligence collective ?

 

L’innovation dans vos processus de travail quotidiens

Lorsque l’on parle d’innovation à ce niveau, il s’agira d’apporter de la valeur à un processus de travail existant. Pour le coup, c’est notre travail chez HABAKI.

Se rendre sur le terrain, observer les équipes dans leur travail quotidien, comprendre leurs contraintes, faire un parallèle avec celles du management. Identifier les tâches redondantes et analyser leur potentiel de digitalisation. Trouver des solutions pour que vos équipes se consacrent davantage aux activités où elles apportent une réelle plus-value. Proposer une stratégie d’automatisation cohérente avec l’éco-système de votre société. Déterminer la capacité et le rythme de transformation de votre entreprise, car un projet représente un investissement financier, mais avant tout humain. Il est donc impératif de conduire vos projets de manière professionnelle et cadrée afin de maximiser le temps investi, ne pas se perdre dans de faux problèmes et répondre au besoin caché sous peine de voir la solution finale complètement rejetée.

Chez HABAKI, nous utilisons notre expertise en analyse pour apporter des solutions concrètes au véritable besoin. Une approche dite de “Lean Office” permet d’optimiser les processus de travail, d’identifier les points de friction et de déterminer avec vous les tâches automatisables.

Notre travail c’est aussi beaucoup d’écoute, une vision objective de la situation, un accompagnement en continue et à tous les niveaux de la structure d’entreprise, l’établissement d’une stratégie de transformation pas à pas pour obtenir un effet durable. C’est aussi favoriser l’intelligence collective car nous avons la conviction que vos ressources humaines sont votre bien le plus précieux.

L’innovation n’est pas un flash de génie. C’est un travail difficile. Et ce travail devrait être organisé comme une activité régulière de chaque unité de l’entreprise et ce à chaque niveau du management.

Peter Drucker, théoricien du management

De la co-création et de l’intelligence collective dans mes équipes … aïe …

Et oui, parce que seul on va plus vite, mais pas loin. Chacun est en mesure de contribuer activement au développement de la société.

Travailler en groupe pour devenir meilleur, libérer le potentiel de vos équipes, générer de l’engagement et accroître les performances de l’entreprise, c’est ça le but. Il est certain que cette nouvelle vision du travail est innovante elle-aussi : là où on silotait les corps de métier, on se dit que tout à coup la transversalité, ça a du bon.

Je vous rassure, l’idée n’est pas d’enfermer tout le monde dans une même pièce, de leur donner carte blanche et de voir au terme de la journée s’ils ont réussi à sortir un lapin du chapeau du magicien. Ce mode de travail est tout à fait cadré. A l’aide d’une démarche éprouvée, on instaure un climat collaboratif avec un cadre structurant – mais non limitant – dans lequel le collectif peut traiter de problématiques concrètes, se concerter pour innover, initier des projets internes, identifier les gaspillages.

Chez HABAKI, nous animons et structurons nos séances de manière à :

  • Libérer la parole des collaborateurs présents (même les plus récalcitrants).
  • Créer une atmosphère de travail bienveillante qui favorise l’esprit d’équipe et la motivation au travers p.ex. d’outils qui adoptent un format ludique.
  • Obtenir des résultats concrets en fin de séance (plan d’actions, définition des prochaines étapes).

Un environnement sécurisant propice à l’innovation

Après avoir suivi l’atelier « Intelligence collaborative : Coopérer plus intelligemment à l’ère du digital ! » de Jochen Peter Breuer et organisé par le Swiss Marketing Fribourg, il m’apparait important de traiter l’environnnement de travail comme un vecteur essentiel de l’innovation.

Toute action peut aboutir à une innovation, que ce soit dans les processus, dans le changement d’un modèle d’affaires, dans un nouvel outil de traitement automatisé pour optimiser votre travail administratif ou dans la culture d’entreprise, pour autant qu’on se l’autorise et que notre environnement soit suffisamment sécurisant.

Ainsi, un manager peut amorcer une transformation en favorisant la liberté de paroles sans remontrance ultérieure, autoriser des réunions inter-équipes sans faire preuve de méfiance sur leur réelle motivation (un putsch ?), mettre en place des espaces de travail adaptés du point de vue logistique, montrer l’exemple au travers de ses propres actes et par sa posture d’ouverture.

Des actions qui, dans un contexte familial, sont le garant d’un bon équilibre, mais à l’inverse, dans un monde professionnel, sont encore réfrénées et qui, pour être vraiment incarnée dans l’ADN de l’entreprise, demande courage et confiance. Courage car cela va à l’encontre de la gestion d’entreprise qui nous a été enseignée, c’est donc l’inconnu. Confiance car le manager transmet à ses collaborateurs la volonté de penser en collectif et d’unir leur force. Ce qui est à l’opposé de la stratégie « diviser pour mieux régner »…

Accepter d’inverser la pyramide du savoir est une transformation radicale pour une société, mais qui devient de plus en plus présente, si j’en réfère à la « Marque Employeur », un thème percutant du Salon de l’Entreprise de Bulle. L’employeur devient lui aussi un produit et doit développer sa propre marque avec un packaging innovant sinon il verra ses précieuses ressources filer…

L’innovation à BlueFactory sous différentes formes

Lors de ma visite, j’ai pu constater les fruits d’un processus d’innovation sous différentes formes et cela m’a rassuré. On favorise le collectif au détriment de l’individualisme, on reste authentique et empreint de bon sens.

  • Avec Jean-Daniel Faessler au travers de son récit sur les beaux projets initiés et concrétisés par Djebots, mais aussi dans sa démarche d’enseignement. Ayant des enfants, j’avais peur qu’il n’y aie pas d’innovation dans l’enseignement. Revoir en boucle les méthodes de mon enfance, non !
  • Dans l’architecture du café « Les Menteurs ». Là où certains auraient totalement « stratifié » le lieu, le parti pris a été fait de conserver un sol brut, les tuyaux, on fait de la récup, on n’en fait pas trop, mais surtout intelligemment. Un lieu pour tous, qui se transforme au gré de la journée.

Les Menteurs, Passage du Cardinal 1, 1700 Fribourg

Merci Jean-Daniel et Les Menteurs de la part de Céline. 

Une visite innovante, je vais revenir (promis) car il y a pleins de choses à découvrir sur le site de BlueFACTORY à Fribourg : un bio spa, des cours de yoga, un “unlearning center” (cool!), un garage qui fait de drôles de vélos.

Espérons que BlueFACTORY continue à évoluer vers cette alliance de technologies et de culture de soi, en mode écologique bien évidemment.

 

Et parce que j’aime terminer sur une note plus philosophique

L’innovation en vrai se cache en vous et ne demande qu’à être révélée.
Elle se rencontre au quotidien, au détour d’une conversation, d’un écrit, d’un reportage, d’une chanson et soudain, un cri fort retenti « EUREKA » ou un simple murmure « et si c’était possible… ».

Ensuite c’est votre libre-arbitre qui intervient : vous décidez en pleine conscience de suivre cette idée un peu folle pour voir jusqu’où elle vous mènera ou vous attendez la suivante.

Mais il n’y a pas toujours de seconde chance, d’où l’importance – parfois – de se mettre en mouvement à partir d’un simple ressenti ou d’une émotion empreinte d’intuition.

L'innovation est inhérente au cycle de vie.

 

Le papillon est toujours chenille au fond de lui.
La chenille était déjà papillon.
Il a simplement fallu les bonnes conditions pour la faire évoluer.
Sans cette transformation, les deux viendraient à s’éteindre.
Le cycle de vie serait interrompu.